jean jaurès

Pour ne pas les oublier, nos pensées à Mireille DINET, Philippe HOANG MONG, à Mourad Aït KACI.

Au Blanc-Mesnil parler,de  la détérioration des conditions de travail et du climat délétère qui règne est formellement interdit.

Donc,nous ne parlerons pas:

des raisons qui ont conduit à la démission du médecin du travail.

du renforcement qui va devenir excessif du service des archives.

des nombreux départs du service «des Relations humaines».

du départ de la responsable de l'accompagnement des personnes âgées.

de l'ambiance du service des retraités.

Des difficultés que peuvent rencontrer des jeunes femmes enceintes.

Parce que selon le maire d'extrême droite, les très nombreux arrêts maladie constatés, parmi les fonctionnaires territoriaux sont les résultats d'un odieux complot organisé par un groupuscule dirigé par les élus, de l'opposition municipale, avec la complicité de médecins exerçant dans des hôpitaux et en lien avec quelques médecins libéraux de notre commune.

Heureusement, que le ridicule ne tue pas et cela prêterait à rire, si les déclarations du maire de droite extrême n'avaient pas comme d'habitude l'objectif de créer un écran de fumée, pour masquer la gravité de la situation.

Oui, la situation est grave, car nous assistons à la poursuite d'une chasse aux sorcières d'une ampleur ahurissante. Aujourd'hui la compétence ne compte pour rien, seule l'allégeance est prise en compte. Et l'allégeance, n'est plus suffisante, la règle est maintenant la soumission et elle doit être totale. Car ceux, qui sont arrivés dans les bagages de la municipalité de droite extrême, celles et ceux qui ne courbent plus assez l'échine ont été remerciés, une DGA, un DGST, aujourd'hui d'autres sont dans le collimateur. Celles et ceux qui ont retourné leurs vestes, nous le savons, seront les prochaines victimes. Le moloch de droite extrême souhaite avoir remplacé toutes celles et tous ceux qui travaillaient à la mairie du Blanc-Mesnil, avant avril 2014,dans les meilleurs délais.

Tout cela fait des dégâts considérables humainement et rajoute à la dureté du temps que subissent l'ensemble des salariés Blanc-Mesnilois et va conduire à une très grave dégradation des services publics et de l'image de notre ville.

Nous le sentons déjà, les salariés maltraités ou licenciés par le Medef sont privés de la Bourse du travail, les MPT ont été vidées de leurs activités et la citoyenneté qui les faisait vivre a été rayée d'un trait de plume pour satisfaire les besoins d'une officine de droite, les Centres Municipaux de Santé sont déstabilisés pour justifier demain leur fermeture, le patrimoine municipale commence à être bradé à l'encan, le béton mite de plus en plus le tissu pavillonnaire, plus de 200 logements nouveaux entre les carrefours Salvador Allende et  Pasteur/ Sémard.

Nous ne sommes pas dupes, nous savons que la dégradation des conditions de travail des fonctionnaires territoriaux, dégradation scandaleuse que nous combattrons avec les fonctionnaires communaux a pour objectif de nous détourner du combat pour préserver l'intérêt général. Il faut que cela soit clair nous nous battrons sur tous les fronts.