ceux qui vivent

Les amis et les citoyens, du Blanc-Mesnil, ont rendu un hommage rempli de dignité et de respect à Mourad Aït Kaci. Ce rassemblement puissant, déterminé, fier était à l'image de la vie de Mourad. Il me revient une citation de Victor HUGO:«ceux qui vivent ce sont ceux qui luttent.» Comme l'affirmait le film Z: MOURAD VIVRA!

La régie de quartier vivra! Les mots sont peu de chose, ils sont nécessaires, mais seul les actes comptent. La régie de quartier vivra, car elle est:

un élément essentiel de ce qui fait Blanc-Mesnil la solidarité,

l’emblème du quartier populaire des Tilleuls,

l'outil impensable à toutes celles et à tous ceux qui veulent vivre debout, qui veulent maîtriser leur devenir par la voie de l'économie sociale et solidaire.

La régie de quartier vivra parce que nous allons créer les conditions d'une mobilisation citoyenne s'en précédant dans notre ville.

Depuis deux ans, maintenant, l'image de notre ville est abîmée.

OUI, nous devons lutter.La fermeture de la Bourse du Travail, le transfert des MPT vers une officine de la droite, la disparition du Forum, du CASC, aujourd'hui c'est la régie de quartier qui est en danger.

La régie de quartier ce sont près de 50 emplois, la régie de quartier a pour unique objectif favoriser le retour vers le l'emploi. Pour cela la régie de quartier propose des services, qui lui permettent de faire du travailler 50 salariés. Jusqu' au 29 février 2016, 40% de son chiffre d'affaire provenait de prestations que la régie de quartier effectuait pour la commune du Blanc-Mesnil.

La municipalité n'a pas renouvelé le marché public à la régie de quartier, estimant que l'augmentation des prix proposés par la régie de quartier étaient trop forte. Il faut savoir que la régie de quartier n'avaient modifié ses tarifs depuis près de cinq ans et que la municipalité demande des prestations plus importantes , tout refusant de payer le juste prix. Bref et sans surprise la municipalité demande à la régie de travailler plus, pour gagner moins.

Voilà, où nous en sommes aujourd'hui, le risque est grand que les 50 emplois de la régie de quartier de notre ville, se transforment demain en 50 chômeurs supplémentaires.

Au Blanc-Mesnil, la municipalité est peut-être en train de tuer une association qui favorise l'insertion par le travail et l'économie sociale et solidaire. Il serait intéressant que la municipalité de droite extrême s'explique sur ce choix. Mais surtout qu'elle ne nous parle pas des économies d'échelle.

Cette tentative d’asphyxier la régie de quartier du Blanc-Mesnil, comme pour les MPT, se trouve peut-être dans la volonté de briser cet outil utile, uniquement parce qu'il est animé par des citoyens libres, qu'elle ne contrôle pas.

Si c'était cette explication chacun comprendra que cette petite tambouille politicarde est d'une extrême médiocrité. Elle soulignerait l'incapacité de municipalité actuelle à diriger une ville telle que la notre, surtout dans une période de forte augmentation du nombre de chômeurs et de l'accroissement des inégalités.

Voilà, pourquoi il faut mettre en œuvre un très haut niveau de mobilisation citoyenne afin que la REGIE DE QUARTIER DU BLANC-MESNIL VIVE, CAR ELLE EST INDISPENSABLE POUR PERMETTRE A UN GRAND NOMBRE DE CONCITOYENS DE MAITRISER LEUR DEVENIR ET POUR DONNER A LEURS ENFANTS UN AVENIR.