dessin_pour_la_justice_et_le_droit

Comme vous le savez, le maire de droite extrême de notre ville lutte avec énergie pour entraver la liberté d'expression au Blanc-Mesnil. Vous, vous souvenez qu'il a porté plainte en diffamation contre Folio du Blanc-Mesnil qui avait en octobre 2014 indiquer que le harcèlement à l'encontre des fonctionnaires territoriaux régnait et malheureusement règne encore. Il y a d'ailleurs des affaires en cours devant la justice administrative.

La politique liberticide du maire s'attaquait à l'auteur de la bande dessinée Titi Gnangnan, plainte en diffamation, mais aussi décision d'expulser cet enseignant de son logement de fonction pour le 31 octobre 2015 alors que sa compagne était enceinte.

Une plainte a été déposé auprès du tribunal administratif de Montreuil. Celui-ci a rendu sa décision le 6 octobre 2015. Le Tribunal Administratif a suspendu la décision du maire. Raison invoqué le maire ne peut pas justifier légalement la décision prise. Et la ville devra verser au plaignant 800€ en application de l'article L 761-1 du code de justice administrative.

Nous nous félicitons de cette décision de la justice administrative. Cette dernière souligne que la politique de déstabilisation de l'administration communale conduit a des prises de décisions qui ne peuvent pas se justifier légalement comme le souligne les attendus du Tribunal Administration de Montreuil.

Ce n'est pas la première fois que les décisions prises par la municipalité de droite extrême sont retoquées par la justice administrative. Le contrat d'affermage de la distribution de l'eau a été à deux reprises sanctionné et lorsque la municipalité a fait appel au Conseil d’État ce dernier suit et confirme les décisions du TA. La justice administrative a aussi donner raison à des fonctionnaires territoriaux qui considéraient à juste raison que des décisions prises à leur encontre n'étaient pas justifiées. Le recours à la justice administrative est un bon chemin pour faire respecter ces droits.

Cette volonté, de la droite extrême, de faire table rase pour des raisons politiciennes a quelques difficultés pour passer le stade de la légalité. Cela dénote un manque total de professionnalisme et de compétence, vouloir sortir la gestion communale de la démocratie est un mauvais chemin et un chemin coûteux pour les finances locales.