Balance justice

Décidément, avec l'UMP, notre ville est au cœur de l'actualité judiciaire de notre département, cela va abîmer durablement son image.

En moins de six mois, le contrat de distribution de l'eau aura été annulé deux fois par le Tribunal Administratif. Cette situation est inquiétante, d'autant que le deuxième jugement est encore plus sévère que le premier.

Le maire UMP, ne se maîtrise plus si l'on croit ses propos parus dans le Parisien édition du 93. Il n' a aucune excuse, ce qui arrive avec cette dernière décision du Tribunal Administratif était prévisible. Les élus de gauche du conseil municipal, lui avaient dès le mois de février 2015, par courrier, fait part de leurs inquiétudes, sur la méthode choisie et sur les rapports capitalistiques entre deux entreprises concourant à l'obtention du contrat. Le président du groupe des élus de gauche avait, de nouveau, lors du conseil municipal du 2 avril 2015, confirmé nos inquiétudes. Nous n'avions obtenu pour réponse que suffisance, mépris,morgue et négation de la démocratie.

Maintenant, remettons ce dossier en perspective. Le contrat de la Saur prenait fin en décembre 2014. Dès 2013, la majorité de gauche met en place une commission de travail regroupant toutes les sensibilités politiques représentées au conseil municipal, l'UMP y est présente.Dès lors l'UMP met en avant la Nantaise des Eaux, alors que nous n'en étions pas encore là. En effet, la réflexion portait sur l'éventualité de créer une régie communale de service public de la distribution de l'eau, cela pouvant avoir de la cohérence puisque notre ville, exception unique en région Île de France, est propriétaire de ses sources d’approvisionnement en eau.

Dès l'arrivée de l'UMP, en avril 2014, et la mise en place du cabinet noir, tout est mis en œuvre afin que la Nantaise des Eaux soit désignée, ce qui ne va sans drame, chacun se souvient du triste dernier dimanche d'octobre 2014, où celui qui au sein de l'administration était l'ingénieur le plus compétent de la commune sur ce dossier, disparaissait de façon dramatique.

La gestion du dossier du contrat de la distribution de l'eau est symptomatique des méthodes qui découlent de l'ultralibéralisme. Pour agir sans retenu, d'abord déstabiliser l'administration communale. Il faut savoir qu'aujourd'hui encore, il n'y a toujours pas de direction générale garante du respect du code général des collectivités territoriales. De plus le choix de la Nantaise des Eaux, n' a rien à voir avec l’intérêt général. Il s'agit avant tout pour l'UMP de contribuer, sur ce dossier, à la mise en place d'un vaste mécano capitalistique.

La Nantaise des Eaux est contrôlée à 100% par Gelsenwasser depuis 2009. Pour cette entreprise germanique, il s'agissait de se développer massivement en France. Mais, elle fait le cruel constat que la Nantaise des Eaux n'a pas été en capacité de réaliser cet objectif, peut de contrat de distribution d'eau sur le territoire français, d'où la mise en réflexion outre Rhin d'un projet de se débarrasser de cette dernière. Pour vendre la Nantaise des Eaux, avant, il serait bien utile d'obtenir un gros contrat dans la distribution de l'eau et au miracle la Nantaise des Eaux obtient le contrat du Blanc-Mesnil, ce dernier est son plus gros contrat.

Pour en arriver là, l'UMP met tout en œuvre et pour faire passer le contrat financièrement, 530000€ sont oubliés, manque de chance la SAUR qui est en possession du contrat, fait appel à la justice qui lui donne raison en décembre 2014. Tout est à refaire.

Entre temps, il bruisse dans les milieux bien informés, que la Lyonnaise des Eaux serait en négociation pour racheter la Nantaise des Eaux, d'où complication, la Lyonnaise des Eaux participe aussi aux tractations pour obtenir le contrat du Blanc-Mesnil.

Dans cette situation, il y avait nécessité de reprendre l'ensemble de la démarche puisque deux concurrents ne l'étaient plus vraiment, c'était le sens des diverses interventions des élus de gauche.

Nous n'avons pas été entendus, le 2 avril 2015 la majorité UMP/UDI du conseil municipal attribuait de nouveau le contrat de la distribution de l'eau à la Nantaise des Eaux. Nouvelle contestation juridique de la SAUR et nouvelle décision du Tribunal Administratif annulant le contrat et demandant la reprise totale de la démarche.

Bien entendu, il y a appel et le Conseil d’État dira le droit.

Mais dans ce dossier et dans sa controverse juridique, il apparaît que l’intérêt des Blanc-Mesnilois n'est pas la préoccupation première du maire UMP, il semblerait bien plus probable que l'attribution du contrat de distribution de l'eau à la Nantaise des Eaux, participait d'une vaste opération capitalistique pour rendre plus attrayante la vente par Gelsenwasser de la Nantaise des Eaux à la Lyonnaise des Eaux. Notre ville n'aurait ainsi été utilisée que pour servir des enjeux financiers qui n'ont rien à voir avec les services publics.

Chacun comprendra que nous ne pouvons cautionner ce types de pratiques politiques tellement contraire à l’intérêt général. Nous ne sommes pas dupes, derrière ces combats où les intérêts financiers dominent tout, il y a aussi une volonté des responsables UMP d'appauvrir le patrimoine collectif de notre ville, car il ne faut pas oublier que leur préoccupation est de faciliter l'accroissement du cash et le fait que notre commune soit propriétaire de ses sources d'approvisionnements en eau est pour eux un aberration. Alors ils ne manqueront pas d'organiser la privatisation de nos sources d'eau et nous ne manquerons pas d’être confrontés à d'autres combats capitalistiques demain entre Véolia et la Lyonnaise des Eaux, pour tenter de contrôler les approvisionnements dans ce secteur vital de l'aéroport de Roissy.

Voilà pourquoi Folio du Blanc-Mesnil agi depuis sa création pour la mise en place d'une régie communale de service public de la distribution. Car nous affirmons que l'eau n'est pas une marchandise, mais un droit.