incendie

Nous nous félicitons, comme monsieur Philippe GALLI, préfet de Seine Saint Denis, que l'incendie des entrepôts de la Courneuve, n'ait fait aucune victime. Maintenant, l'incendie est maîtrisé, mais il faudra encore quelques jours pour qu'il soit totalement éteint. Nous saluons le travail et l'engagement toujours aussi efficace et exceptionnel des pompiers de la brigade des Sapeurs Pompiers de Paris. C'est pour nous l'occasion de saluer les services publics de la Sécurité Publique et d'indiquer que l’impôt est aussi un outil au service de la population et de l’intérêt général. Pour mémoire les impôts locaux de la ville du Blanc-Mesnil contribuent pour 913 389€ en 2015 au financement du service public de lutte contre l'incendie soit 17,50€ par habitant.

Donc, notre département a subi le 17 avril 2015 un incendie qui a durablement perturbé la circulation routière et ferroviaire, A86 fermée, RERB interrompu. Cet entrepôt de 12000 mètres carrés stockait du tissus et des chaussures son incendie a dégagé et dégage encore une fumée acre et de suie qui a couvert une grande partie de notre département et Paris. La couleur et l'épaisseur de la fumée, peuvent nous conduire à nous interroger sur la nature des produits stockés.( voir la photo)

Cet accident souligne l'immensité des perturbations que cela peut engendrer dans une agglomération extrêmement densifiée. Rappelons que le RERB transporte plus de 900000 usagers par jour. Il met aussi en exergue la question de la sécurité publique. Il montre la concentration d’entrepôts, potentiellement dangereux, et doit aussi conduire à une réflexion sur l'implantation de ce type de site peu créateur d'emploi au mètre carré, ce qui conduit très légitimement à se poser la question, sur l'urgence de l'implantation d'entreprises de production, de recherches, d'innovations technologiques et de sièges sociaux sur l'ensemble du territoire de la Seine Saint Denis, qui n'a pas unique vocation à n’être qu'une vaste zone de stockage à faible valeur ajoutée. D'autant que les projets du Grand Paris en font un espace attractif.

Il nous paraît donc opportun de remettre au cœur du débat la question de la gare de triage de Drancy/Le Bourget/Le Blanc-Mesnil et là en matière de dangerosité, il n'est pas question de tissu et de maroquinerie, mais du transit et du stationnement de 13000 wagons par an, transportant des matières dangereuses et toxiques, dont près de 400 wagons de chlore et autre acide sulfurique ou ammonium. Bref, nous sommes dans une autre dimension.

Depuis 2 ans maintenant les riverains agissent pour que leur sécurité, leur santé soient assurées et leur patrimoine protégé. Ils se heurtent aux pratiques d'une administration, de la SNCF, RFF qui ne connaissent que la règles du fait accompli, qui dans les faits n'assurent que leur protection, au détriment des riverains.

Il y a urgence a ce que la technocratie, les financiers comprennent que ce temps est révolu. D'ailleurs le tribunal administratif de Montreuil, en décembre 2014 vient de leur signifier qu'ils devaient respecter la charte de l'environnement et plus particulièrement son chapitre 7 qui fait obligation d'associer les riverains citoyens à toutes les questions concernant leur environnement.

La transparence est une obligation, il ne suffit pas de faire des lois pour permettre aux citoyens d’être au cœur des décisions qui les concernent, il faut les mettre en pratique. Ici sur Folio nous mettrons tous nos moyens au service des pratiques qui rendront la démocratie vivante et permettront d'assurer l’intérêt général.