Wagons acides sul 1

Aujourd'hui,Folio a publié la lettre du Secrétaire d’État chargé des transports, en réponse à un courrier du Président du Conseil Général de la Seine Saint Denis, Stéphane Troussel.

C'est un document très important et très intéressant. Voici le 3° paragraphe:«Le porter à connaissance du 22 avril 2013 à Drancy a été réalisé par le préfet sur la base d'études de dangers disponibles à cette date et dans une logique de principe de précaution.Depuis, une étude européenne a été diligentée par mes services, pour recueillir les statistiques disponibles les plus larges possibles, et doit conduire à une révision des études et du porter à connaissance, avant la fin décembre 2015. Si celui-ci ne supprimera pas toutes les contraintes, il devrait, en tenant mieux compte de la réalités des risques, réduire significativement le périmètre de sécurité au sein duquel les projets de construction resteront soumis à des contraintes importantes. Si à l'issue de ce travail, des difficultés subsistent, la nomination d'un médiateur, comme vous le suggérez, pourrait être proposée.»

 

acide nitrtique 2

Premièrement, ce courrier ministériel dément les informations qui ont été diffusées , indiquant que le périmètre d'inconstructabilité avait été levé. L'emploi du conditionnel souligne que celui-ci est toujours en vigueur et que son éventuel révision devrait arriver avant la fin décembre 2015.

Deuxièmement, l'ordonnance du Tribunal Administratif annulant l’arrêté du 6 mars 2013 a été prise en considérant une sous évaluation des risques par les études. Nous ne pouvons que constater que la confrontation sur ce dossier se fera sur l'évaluation des risques. Nous rappelons qu'il stationne et transit au moins un wagon de chlore par jour sur le site et les émanations du chlore sont létales jusqu'à 2600 mètres.

Troisièmement, le débat ne peut pas se réduire à la taille du périmètre. En effet, la question est avant tout de résoudre la problématique de la sécurité publique. Sur cette question la lettre ministérielle est lourdement silencieuse, car à aucun moment, elle n'aborde la question des investissements nécessaires à faire effectuer par la SNCF ET RFF et la responsabilité de ces deux dernières dans ce dossier. Nous rappelons que la nouvelle gare du Bourget accompagnant la mise en place du métro régional automatique se situe à 2100 mètres. Sans oublier le réseau du RERB qui est contigu de la gare de triage sur au moins 3500 mètres et qu'il transporte 900000 voyageurs par jour.

Quatrièmement, nous savons que depuis la décision du Tribunal Administratif se déroule des réunions dont sont exclus les riverains qui sont les principales victimes de la situation en subissant une double peine leur sécurité n'est pas assuré et leur patrimoine est dévalué. Les négociations et les arbitrages en cours, devront être considérés comme nuls et non avenus, puisque faits en dehors des riverains et leur légitime représentant associatif et qu'ils sont en contradiction avec l'ordonnance du Tribunal Administratif de Montreuil qui pointait le non respect du chapitre 7 de la charte de l'environnement. Mais nous avons aussi noté l'éventualité d'un recours à un médiateur.

Dans ces conditions chacun comprendra, que plus que jamais le temps est aux mobilisations citoyennes. Celles et ceux qui tentent de vous faire croire que le problème était réglé sont pour le moins irresponsables, voire incompétents, à moins que de façon délibéré ils aient fait le choix de démobiliser les citoyens, pour des raisons qui n'ont rien à voir l’intérêt général et dans ce cas ils sont dangereux et méprisables.

Pour sa part Folio du Blanc-Mesnil suivra avec attention le dossier de la gare de triage, il soutiendra toutes les initiatives de mobilisations citoyennes qui se développeront car à l'évidence il faudra être vigilant et mobilisé au moins jusqu'en décembre 2015 et sûrement au delà.