justice

Comme nous le dénonçons depuis plusieurs semaines, le candidat maire UMP, avait unilatéralement supprimé les tribunes libres dans le journal municipal depuis le mois de janvier 2015. Il justifiait cette atteinte à la liberté d'expression «afin, et prière de ne pas rire ,de ne pas politiser le journal municipal »

Mais la raison essentielle était de transformer le journal municipal en journal de propagande entièrement dédié au soutien de sa candidature aux élections départementales des 22 et 29 mars 2015. Depuis le début janvier 2015,«Le Blanc-Mesnilois» était devenu une espèce de journal de mode diffusant un maximum de photos du despote du XVI° arrondissement, dans le dernier numéro pas moins de 6 photos.

Les élus de gauche du conseil municipal, après avoir pris conseil auprès de leur avocat ont envoyé le 26 février 2015 une lettre au maire UMP signée par Didier Mignot demandant la publication d'une tribune libre.

Depuis, et comme d'habitude, silence radio du maire UMP.

Les élus de gauche de l'opposition municipale ont déposé auprès du tribunal, un référé liberté, hier 5 mars 2015. Dans l'après midi nous apprenions que le tribunal avait décidé de statuer sur la demande des élus de gauche. Cette acceptation faisait que le délibéré serait pris dans les 48 heures. En cas d'une éventuelle décision de justice favorable à la demande des élus de gauche, le maire UMP aurait été dans l'obligation de publier notre tribune libre.

Oh !surprise, hier 5 mars 2015 à 17h22, Didier Mignot, reçoit un mail du directeur de cabinet du maire, lui transmettant l'acceptation par le maire UMP de publier la tribune libre des élus de gauche.

Cette réaction rapide , pour éviter que la justice délibère sur la décision unilatérale prise par le candidat UMP, privant l'opposition de tribune libre, démontre que depuis le mois de janvier 2015 cette décision de censure était illégale.

CE RECUL EN RASE CAMPAGNE DU MAIRE UMP ET CANDIDAT UMP AUX PROCHAINES ELECTIONS EST UNE VICTOIRE POUR LA DEMOCRATIE ET LA LIBERTE D'EXPRESSION , C'EST UNE VICTOIRE DES REPUBLICAINS.

Ce nouvel épisode judiciaire souligne, une fois encore que le maire UMP est souvent aux marges de l'illégalité. En effet, la justice intervient souvent dans le déroulement de la vie municipale et sur des questions différentes.

Annulation du contrat de l'eau par le tribunal administratif, annulation de décisions concernant le personnel communal.

Le différent entre le maire UMP, le PUR et Monsieur Omar Mahi, à «propos d'un tract foireux»

Sans oublier l’enquête en cours sur le suicide d'un ingénieur fonctionnaire territorial.

Chères concitoyennes, chers concitoyens il faut bien reconnaître que cela fait beaucoup en moins d'un an. Cette actualité judiciaire répétitive qui met le nom de notre ville à la une des médias, nous indique que l'action du candidat UMP conduit à une dégradation de l'image du Blanc-Mesnil. Cette situation n'est pas bonne, pour l'emploi, pour le développement économique, pour la valorisation du patrimoine individuel. A ce rythme là, si cela devait durer encore quelques années, il y a fort à parier que la situation sociale, économique, patrimoniale, environnementale sera catastrophique.

Le 22 mars 2015, par notre vote, nous devons donner un coup de frein aux dévires de la politique de l'UMP au Blanc-Mesnil. Le 22 mars 2015, il faut punir le candidat UMP.