Corée du nord

Bizarre, désolant, affligeant, consternant, scandaleux, honteux tels sont les qualificatifs qui viennent immédiatement à l'esprit pour évoquer le conseil municipal du 13 novembre 2014.

Honteux, cette pratique qui consiste à faire la salle avec des militants UMP, y compris ceux de Dugny, en les faisant entrer dans la salle du conseil municipal, avant d'ouvrir les portes au Blanc-Mesnilois.

Bizarre, la demande d'une minute de silence pour un fonctionnaire, son nom n'est pas prononcé, sa qualification et son poste sont passés sous silence. Bien entendu nous qui le connaissions nous avons tous une pensée ému, pour ce cadre compétent, ardent défenseur du service public et de l’intérêt général et pour sa famille. Mais, le public nombreux et respectueux a du avoir bien des interrogations. Il a sûrement compris que la mort de ce fonctionnaire devait avoir quelque chose d'exceptionnelle. Mais, il n'en sera rien.

Bizarre, cette intervention d'un conseiller municipal de la majorité municipal devenu lors de cette séance, un ex adjoint au maire. Il avait été le président du comité de soutien de la liste de droite extrême, très lié aux «représentants des quartiers populaires» et voilà qu'au bout de 200 jours de mandat partagés avec la majorité, il s'aperçoit que ses valeurs humanistes, ne sont pas celles de la majorité de ses colistiers. Affligeant d'entendre les raisons de son éviction, elles ne sont plus les mêmes que celles que nous avions pu lire dans l'édito du journal municipal. Décidément les mensonges et les manipulations semblent être le vecteur essentiel de cette majorité. Bref, l'éviction n' a rien à voir avec la gestion municipale, mais, elle est exclusivement le résultat d'une guerre picrocholine aux remugles uniquement politiciens.

Mais cette guerre picrocholine nous confirme, par la voix d'un ex adjoint au maire, ce que nous dénoncions depuis plusieurs mois, il règne au sein de l’hôtel de ville et dans l'ensemble des services municipaux des rapports sociaux d'une rare brutalité et d'une violence insupportable. Tout cela n'est pas sans conséquence sur la situation sanitaire des personnels qui est extrêmement dégradée.

Jean Ferrat - Ma France

player" width="480" height="270">

Affligeante la décision prise de ne pas signer la convention scène nationale pour le Forum. Les arguments utilisés pour justifier ce choix ne sont que mépris vis à vis de l'ensemble des Blanc-Mesnilois et une insulte à leur intelligence.

Une nouvelle fois le mensonge est à la base de l'argumentation de la majorité municipale. En effet, elle parle de convention contraignante, comment peut-elle parler de contrainte puisqu'elle a, depuis juillet 2014,  refusée d'engager des négociations qui lui auraient permis d'intégrer des éléments de programmation de son choix. Les conséquences de ce choix vont faire perdre à notre commune près d'1000 000€ de subventions par an et pendant 3 ans.

La réalité c'est qu'en bonne ultra libérale, la majorité n'accepte aucune contrainte surtout qu'en celles-ci pourraient l’empêcher de traiter avec ses amis et les entreprises de spectacles qui lui sont proches. Il s'agit aussi pour elle de politiser la programmation culturelle et de faire, à l'instar du PDG de TF1, libérer des espaces de cerveau pour Coca Cola.

Si la majorité municipale fait ici la démonstration de casser ce qui existe, elle refuse de nous présenter son projet culturel. Si celui-ci était présentable nul doute qu'elle se ferait un plaisir de nous le présenter. Les grandes affiches qu'elle appose ne sont en rien les bases d'un véritable projet culturel. Pour justifier son silence, elle dit qu'elle préserve le cinéma et le Deux Pièces Cuisine. Mais nous connaissons par cœur la stratégie des casseurs, aujourd'hui elle attaque le Forum, une fois ce dossier clos , elle mettra en route la remise en cause du Daquin et après demain elle organisera la déstabilisation du Deux Pièces Cuisine.

Pour une conclusion provisoire sur ce dossier, nous tenons à souligner les contradictions du discours de la majorité municipale. Pour les élèves de nos lycées elle souhaite l'excellence et l'élitisme républicain, pour nos sportifs elle souhaite l'excellence et l'élitisme sportif et paradoxalement en ce qui concerne l'accès de tous à la culture, elle prône exactement le contraire. Il serait intéressant qu'elle puisse nous expliquer les fondements de cette curieuse contradiction.

"Jaures" - Zebda - 2009

Bizarre ce conseil municipal, pour justifier l'éviction d'un des adjoints de la majorité, celle-ci a développé son ambition de réhabiliter les Centres Municipaux de Santé. Fort de cette louable ambition de la majorité municipale, les élus Le Blanc-Mesnil au Cœur ont proposé que cette belle ambition soit confirmée par le vote d'un vœu du Conseil Municipal. Voici le texte de ce vœu pour une politique locale de santé:

«Depuis plusieurs décennies, la ville du Blanc-Mesnil a toujours agi pour favoriser l'accès aux soins pour tous et toutes. Notre ville a toujours fait le choix de la solidarité et s'est engagée dans les actions pour préserver et développer cette grande conquête, issue du Conseil National de la Résistance, qu’est la Sécurité Sociale. Le Blanc-Mesnil a été de tous les combats pour empêcher la marchandisation du droit à la santé et son corollaire, le démantèlement de la protection sociale.

Ces choix politiques ont abouti notamment à la création des centres municipaux de santé Rouquès et Lamaze, ainsi que de nos centres de protection maternelle et infantile.

Pour la poursuite de ces objectifs d’égalité d’accès à un droit fondamental, les centres municipaux de santé jouent, là où ils existent, un rôle essentiel qu’il s’agit de consolider et de développer.

Au Blanc-Mesnil, c’est plus de 17000 patients qui y ont été accueillis en 2013, répondant à la forte demande d’accès aux soins d’un grand nombre de Blanc-Mesniloises et de Blanc-Mesnilois. Consultations dans de nombreuses spécialités médicales et paramédicales, équipements radiographiques rénovés et mammographie de dernière génération, prévention bucco-dentaire chez les enfants, lutte contre les addictions, etc. sont autant d’atouts d’une politique locale de santé largement reconnue par les autorités sanitaires régionales.

Depuis de nombreuses années, les politiques libérales et d’austérité qui visent à placer la protection sociale et notre système public de santé sous la coupe des marchés financiers et de la rentabilité financière mettent à mal un acquis majeur de notre République.

Face à cette situation qui éloigne chaque jour davantage des citoyens de l’accès aux soins, particulièrement les plus fragiles d’entre eux, le conseil municipal du Blanc-Mesnil s’engage:

À défendre, poursuivre, et développer les choix et les orientations solidaires, en matière sanitaire et de prévention, des municipalités précédentes.

  • Poursuivre les investissements nécessaires aux équipements de santé de la ville.

  • A poursuivre l’action pour exiger de la croix rouge et de l’ARS la réouverture du centre de santé St Charles.

  • A poursuivre l’action pour obtenir les financements nécessaires à la réhabilitation de l’EHPAD Gaston Monmousseau et à la construction du 2ème EHPAD prévu dans la ZAC Eiffel et particulièrement destiné à la prise en charge de la maladie d’Alzheimer.»

Que croyez-vous qu'il se passa et bien sans surprise la majorité municipale, n'a pas participé au vote?

En clair, il y a le discours, les éditos, mais quand il s'agit de s'engager publiquement par un vote sur une analyse et des propositions précises et concrètes, la majorité municipale se dérobe. En agissant ainsi elle ôte tout crédit à sa parole. Ce n'est pas une surprise, nous avions déjà compris lorsque nous avons su qu'elle ne tiendrait pas sa parole sur la cantine scolaire gratuite pour tous.Oui, décidément du début à la fin ce conseil municipal a été bizarre, désolant, affligeant, scandaleux honteux, une vraie caricature de la démocratie représentative, un déni de la démocratie.