imprimerie 4

Une fois n'est pas coutume, la droite extrême de notre ville affiche clairement son choix. Le nouveau titre du journal municipal «Le Blanc-Mesnilois» était le titre du journal de la section UMP de notre commune. Ainsi le conseiller spécial, prosélyte de Bygmalion, et son porte parole le maire UMP affichent clairement la couleur. Ils s'approprient, en utilisant nos impôts locaux, les moyens municipaux de communication pour en faire des outils de propagande au service de l'UMP. Choix qui s'inscrit dans la logique de la fermeture du local de l'UMP, signifiant clairement que le siège local de cette organisation politique se trouve désormais à l’Hôtel de ville

Dans la logique de leurs actions de harcèlement contre les femmes en difficulté, travaillant dans notre collectivité territoriale, nos deux compères affichent leur machisme en choisissant un titre qui ignore la moitié de la population. En effet, qui peut croire que notre ville pourrait se construire en ignorant et en méprisant les femmes.

Ce journal aurait pu se dénommé «Les Blanc-Mesnilois» cela aurait indiqué une volonté d'unir, de rassembler. En choisissant «Le» cela souligne une forme de narcissisme exacerbé, car ici, le «Le» exprime le tréfonds d'une personnalité qui dans les faits nous dit qu'elle aurait souhaité que le journal se nomme «Meignen». Depuis avril, le seul changement, hors mis l'augmentation du compte des indemnités des élus de 48,93%, est l'explosion du culte de la personnalité, profusion d'affiches, profusion des photos du personnage dans les journaux municipaux, par moins de 8 dans le n°1 du « Le Blanc-Mesnilois soit une photo toutes les 4 pages. Il serait très intéressant de soumettre à des spécialistes de ces questions ce phénomène de l'explosion du «moi». Étude qui devrait aussi prendre en compte la présence à ses cotés d'un homme qui renforce ces attitudes.

Mais au delà, il y a aussi l’inquiétude réelle qui a pour nom «les 4 recours en annulation de l'élection municipale de mars 2014». Inquiétude qui conduit à une sur exposition photographique, mais entraîne de facto, en cas d'annulation, la prise en compte des journaux municipaux dans les comptes de campagne.

Autre aspect de cette attitude narcissique, dans ce premier numéro il n'existe que ce qui découle du chef. Ce qui a pour conséquence, par exemple: d'occulter les initiatives citoyennes c'est à dire les 3 manifestations de soutien au peuple Palestinien. Cette occultation, peut elle être interprétée comme un soutien à Nétanyahou? En tout les cas, ce manque de prise en considération des 3 initiatives qui ont rassemblé une partie de la droite et de toute la gauche, souligne que ce journal n'est pas le journal de tous les Blanc-Mesnilois. Comme vous le voyez il n'y a pas de hasard «Le Blanc-Mesnilois» est le journal d'un homme, pour un homme et pour le petit clan qui le vénère. Mais tout cela n'est pas pour nous surprendre lorsque l'on connaît le parcours de son conseiller spécial prosélyte de Bygmalion.

Cet exhibitionnisme s'exprime aussi dans cette volonté de s'approprier des réalisations qui ont été programmées ou mises en œuvre par d'autres, telle l'installation d'un feux tricolores à la sortie des écoles Paul Eluard ou la réfection des peintures extérieures des écoles Audin, Macé. Le comble du ridicule étant d'affirmer qu'il a choisi le nom du cinquième collège «Jacqueline de Romilly». Dans les faits, il a avalisé une proposition effectuée par le Conseil Général. Tout cela est bien petit, bien mesquin, mais sans surprise.