Bygmalion septembre 2013

Arcole et bygmalion

 

 

 

 

 

 

 

Il vient de nous parvenir, des informations, sur le conseiller spécial prosélyte de Bygmalion et sur son porte parole, le maire UMP de notre commune.

D'aucun pourrait trouver exagérer de présenter le maire UMP de notre ville comme le porte parole de son conseiller spécial. Pourtant, à la lecture d'un article, très documenté, publié sur Facebook par Louis Antoine Léon Saint-Just, cette manière de le présenter semble conforme à l'image qu'il a laissé à la mairie de Corbeil Essonne.

Le journal Le Parisien en 1998 relate à plusieurs reprises les méthodes du conseiller spécial. Un adjoint au maire dénonçant l'absence de démocratie dans le fonctionnement municipal«on ne peut pas discuter, il faut toujours être de l'avis de Gérard Lesuisse directeur de cabinet du maire. C'est lui qui dirige la ville. Mr Lesuisse cumule toutes les fonctions à la mairie. Il est tour à tour maire, adjoint au maire, secrétaire général adjoint, allumeur de réverbère et planteur de fleur.»

L’Humanité du 2 juillet 1998, indiquait que le CGT des territoriaux dressait un réquisitoire sévère des pratiques du directeur de cabinet de Monsieur Serge Dassault. Il faut aussi savoir qu'il ne restait que ce syndicat, la CFDT ayant disparu, après le licenciement des animateurs jeunesse. Un livre noir sur les actions du directeur de cabinet de Monsieur Serge Dassault été publié par la CGT.

Le 15 juillet 2014, nous avons publié un article«le conseiller spécial, vice-président de l'Association Représentative des Collaborateurs d'élus et Bygmalion» Nous évoquions la tenue d'une réunion organisée par ARCOLE le 15 avril 2013, en présence du Coprésident de Bygmalion. Il semblerait que dans ces déjeuners les représentants de Bygmalion soient souvent présents. Car nous avons noté, lors d'une réunion organisée par Arcole le 30 septembre 2013 , la participation de Monsieur Bertrand Lesain, directeur des affaires publiques du groupe Bygmalion.

Bref rappel, nous vous rappelons que Bygmalion apparaît au cœur des affaires de financements des campagnes électorales de l'UMP et de Sarkozy.

Comme vous le savez, l'élection municipale du maire UMP, fait l'objet de 4 recours en annulation auprès du tribunal administratif.Monsieur Marc Boulanger est porteur d'un de ces recours. Sans surprise, il demande l'annulation des élections du 23 et 30 mars 2014, le rejet des comptes de campagnes de l'UMP et de déclarer Monsieur Thierry Meignen inéligible.