La question de l'installation d'une usine de méthanisation a vu le jour lors du mandat précédent. A l'époque étaient mis en avant les emplois, l'abondance de la taxe professionnelle, la possibilité d'économiser de l'énergie et de réduire l'enfouissement de nos déchets.

Le débat a rebondi dans notre ville en décembre 2011, à propos des questions que se posaient sur l'installation d'une usine de TMB méthanisation à Romainville. En effet, ce projet a entraîné une dynamique citoyenne sans précédant, des assemblées réunissant très souvent plus de 700 personnes.

Cette situation, porteuse de multiple interrogations, a été saisie par les élus « le Blanc-Mesnil C'est Vous, Le Blanc-Mesnil Pour Vous », pour faire le point sur le dossier du Blanc-Mesnil. Articles dans Folio, lettre au maire, initiatives qui n'avaient qu'un seul objectif la diffusion d'informations fiables sur ce dossier.

Pendant plusieurs mois, le groupe « Le Blanc-Mesnil C'est Vous, Le Blanc-Mesnil Pour Vous » a été bien seul pour mobiliser les Blanc-Mesnilois. Lors de la journée de l'environnement de l'automne 2012, Alain Ramos a diffusé un tract à l'entrée de la ferme Notre Dame où se tenait cette initiative, cette présence militante permettant de constater que plus 90% des visiteurs ne savaient pas que cette usine allait être implantée à moins de 500 mètres de la ferme.

Ce travail militant basique rassemblait enfin un petit collectif qui prit l'initiative d'organiser début décembre 2012 une réunion publique. Près de 100 personnes y étaient présentes et ont décidé d'organiser une pétition ayant pour objectif de demander au conseil municipal un référendum d'initiative locale.

Il y avait à cette réunion 2 où 3 militants locaux de l'UMP. Flairant le bon coup, la section locale UMP sort un tract dans la foulée indiquant : son total accord avec les propositions d'Alain Ramos conseiller municipal ». Ce tract est encore visible dans la vitrine de cette organisation politique. L'UMP fait aussi signer une pétition dont nous n'avons eu aucune nouvelle.

Cette petite opération politicienne ne décourageait pas les militants du Corivum. Au mois de mars, ils avaient recueilli plus 1412 des signatures sur les 1200 nécessaires pour que le dossier soit traité lors d'une réunion du Conseil Municipal. Elles on été remises au Maire le 19 mars 2013.

Le dossier de l'usine de méthanisation a été inscrit à l'ordre du jour du Conseil municipal de mai 2013. Le Corivum est intervenu lors cette réunion, il a fait la demande de l'élaboration d'un cahier des charges écrit par les citoyens, les élus municipaux, le Siapp et le Syctom et demandait que ce cahier des charges fasse l'objet d'un référendum d'initiative locale.

Il serait prétentieux de dire que l'ensemble des objectifs du Corivum ait été repris. La question du référendum se heurtait à la proximité des élections municipales. Il n'en reste pas moins que l'action du Corivum a permis plus de transparence sur ce dossier de la méthanisation.

Des visites de sites ont été organisées et des ateliers de travail ont été mis en place pour construire le cahier des charges, de nombreux membres du Corivum s'y sont investis et ils n'étaient pas les seuls. Les Eco citoyens et de très nombreux habitants ont contribué aux travaux d'élaboration et continuent de le faire. Les élus ont été aussi assidus à ce travail de co-rédaction du cahier des charges. Les seuls absents ont été les élus UMP. Dans ce cadre, il est fort de café de voir celles et ceux qui n'ont jamais participé aux des différents ateliers et jamais fait aucune proposition concrète sur ce dossier s'ériger en donneurs de leçons. Coller des affiches est très insuffisant.

Pourtant lors du Conseil municipal de mai 2013, les élus UMP avaient voté, comme l'ensemble du Conseil municipal, pour l'élaboration collective du cahier des charges, il est vrai aussi que les membres du Corivum étaient présents..

Bien sûr cette mobilisation du Corivum n'a pas atteint tous ses objectifs. Il faut pourtant mettre en exergue cette action citoyenne qui a été la première dans l'histoire de notre ville à faire en sorte qu'une question portant sur l’intérêt général soit mise à l'ordre du jour du Conseil municipal. Comme l'élaboration collective d'un cahier des charges qui va s'imposer au Siapp et au Syctom est aussi une première dans notre ville.

Nous considérons cela comme une avancée importante pour la démocratie participative et nous n'avons pas dit notre dernier mot sur la nécessité un référendum d'initiative locale.

Dans ce cadre, nous ne pouvons que déplorer les tentatives de récupérations politiciennes orchestrées par l'UMP, qui colle des affiches ambiguës sur la méthanisation. Des affiches qui ne disent pas la réalité du vote de l'UMP au Conseil municipal. La stratégie du tout rien est celle de celles et ceux qui considèrent comme négligeable la nécessité d'améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens et qui, par ce choix, font en réalité le jeu de ceux qu'ils prétendent combattre c'est à dire le choix des grandes entreprises privées de collecte et de traitement des déchets. De plus, l'UMP oublie de dire sur dossier que la commune d'Aulnay-sous-Bois est concernée tout autant que la nôtre, Et nous savons que l'UMP de cette commune voisine n'a jamais levé le petit doigt sur contre ce dossier et pour cause, elle dirigeait cette ville avant 2008. Sur ce dossier, comme sur tous les autres, l'UMP qui n'est pas représentative de l'ensemble de la droite Blanc-Mesniloise, fait assaut de démagogie et de manipulation pour masquer son manque de projet sur la question du traitement des déchets.

L'UMP n'a nullement l'attention d'agir concrètement sur le dossier de la méthanisation, elle a pour seul et unique objectif de s'en servir pour accroître les peurs.