marianne

La dernière livraison du journal municipal est intéressante à plus d'un titre. En effet, il consacre plusieurs pages au dossier de l'implantation de l'usine de méthanisation et il permet aussi à chaque lecteur de constater l'implication de chaque groupe d'élus représenté au conseil municipal dans le débat local.

Dans ce moment difficile de la vie de notre pays et de ces répercussions sur chacun d'entre nous, il est réjouissant de constater que la mobilisation des citoyens peut modifier le cours des choses. Car ne nous y trompons pas si le débat sur l'implantation de l'usine de méthanisation est au cœur de l'actualité locale, c'est avant tout le résultat de la détermination de quelques citoyens regroupés dans le Corivum qui l'a rendu possible. C'est la capacité d'avoir su regroupé près de 1500 Blanc-Mesnilois autour de droits aussi fondamentaux que le droit à l'information et à la décision.

Cela a été aussi possible par la capacité des animateurs d'avoir réussi à rassembler des Blanc-Mesnilois venant de tous les horizons et de leur volonté d'obtenir des résultats concrets par rapport aux objectifs qu'ils s'étaient fixés. Ils sont dans une logique positive et de construction collective.

Certes, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais une transformation est en cours et nous devons tout faire pour protéger sa spécificité, sa liberté et son autonomie. Mais nous pouvons dire, dès à présent, qu'il ne pourra plus avoir de retour en arrière sur la construction de l'avenir et sur la maîtrise de celui-ci au Blanc-Mesnil.

Cette situation est si vraie que nous voyons éclore des ersatz de cette manière de mobiliser les habitants. Pour notre part, nous ne confondons pas mobilisation citoyenne et populisme dont l'objectif n'est en aucun cas de mobiliser, mais d'obtenir les moyens d'agir pour défendre des intérêts qui ont que de lointains rapports avec les discours diffusés.

En aucun cas l’intérêt général n'est la somme des intérêts particuliers, faire croire aujourd'hui aux habitants de notre commune que l’amélioration de notre environnement et de nos conditions de vie passe par la défense exclusive des particularismes est qu'une vaste tromperie. Dont les premières victimes seront ceux qui y auront cru.

Aujourd'hui, il y a deux questions qui préoccupent les Blanc-Mesnilois. Nous venons d'en évoquer une, l'autre est le plan local d'urbanisme. Nous serons tous d'accord pour dire que nous ne souhaitons pas que notre ville ressemble en la matière à Drancy ou au Bourget.

Mais en même temps, notre ville n'est pas une île. Elle est dans vaste territoire en pleine mutation, dans une territoire qui manque cruellement de logements, dans un territoire séquencé où l'emploi est très souvent très éloigné des lieux d'habitation et qui génère des temps de transport de plus en plus long dans un territoire ou les espaces agricoles sont passés sous la barre des 50%, dans un territoire qui importe plus de 90% de ses besoins alimentaires. A l'évidence, il n'y a pas de solution individuelle à ces questions, celles et ceux qui tentent de vous le faire croire sont soit incompétents, soit ils ont un tout autre objectif que défendre votre intérêt et votre patrimoine.

Nous nous sommes tous réjouis que l'unanimité du conseil municipal ait permis à notre ville d'obtenir deux stations du Réseau Express du Grand Paris. Celles et ceux qui tentent de vous faire croire que cette implantation ne modifierait en rien la physionomie de notre commune ne sont pas sérieux.

Par ailleurs, comme vous le savez nous ne vivons pas au pays des bisounours, nous sommes confrontés à la puissance de la spéculation qu'elle soit financière, foncière et immobilière. Ne vous trompez pas d'époque, cette puissance est à l’affût et si voulez que ce que vous avez acquis par votre travail, ne disparaisse pas dans la spoliation des maîtres de la finance, il vaut mieux se mobiliser avec celles et ceux qui ont toujours été du coté des salariés.

Mais, nous savons aussi que la confiance automatique n'est pas non plus la réponse la meilleure. Dans le débat en cours sur la modification de PLU, il faut aussi une approche citoyenne. Pour cela, nous soutenons la proposition de création d'une commission citoyenne composée de 27 Blanc-Mesnilois une ou un par bureau de vote, tirés au sort en présence d'un huissier et de 5 membres du conseil municipal, qui aurait pour mission d'étudier, d'amender et d'émettre un avis sur le futur PLU de notre commune. C'est pour nous la seule garantie d'avoir un futur PLU conforme à l’intérêt général. Favorisons pour aujourd'hui et pour demain l'action citoyenne.