C’est Samedi !

Samedi 14 avril 2012 n°24

Édito. « Ils ne se servent de la pensée que pour autoriser leurs injustices et n'emploient les paroles que pour déguiser leurs pensées. Voltaire ». Cette semaine a été une nouvelle fois révélatrice, du mensonge permanent qui sert de viatique au candidat de l'oligarchie financière. Lui et ses soutiens, qui sont de plus en plus silencieux, ne pouvant plus utiliser la présence des chars soviétiques comme épouvantail à moineaux, en sont réduits à utiliser leurs dernières cartouches : la menace des marchés financiers. De plus en plus persuadé de perdre le 22 avril et le 6 mai 2012, ils ont montré leur vrai visage, leur vraie nature, ils ont appelé la finance mondialisée à spéculer contre notre pays, contre l'intérêt national. Ils sont beaux nos soi-disant patriotes qui se drapent à la moindre occasion dans le drapeau tricolore, mais dès que leurs intérêts vitaux, leurs intérêts essentiels sont en danger, courent se réfugier à Mayence comme la noblesse en 1789, comme elle, ils craignent le 4 aout, ils craignent l'égalité. Ce n'est pas étonnant puisque leur fortune s'amasse sur le développement des inégalités. Comme l'a démontré le tout dernier rapport de la Cour des Comptes qui souligne les inégalités de moyens au cœur de notre système d'éducation. Comment s'en étonner alors que le candidat de l'oligarchie financière est le seul a ne pas signé l'appel de la Fondation Abbé Pierre.

Partout où se porte notre regard, nous voyons et constatons le développement des injustices. Une justice dure et sans pitié pour les voleurs de pommes, mais pour le moins laxiste lorsqu'il s'agit de traquer la fraude et l'évasion fiscale et il s'agit là de plusieurs kilos de pommes, si l'on croit le journaliste de la Croix qui parle de plus 610 milliards d'euros volés à la nation. Il est vrai que l'on ne peut pas traquer la délinquance en col blanc tellement utile pour financer les campagnes électorales. Pourquoi croyez vous que l'oligarchie financière paie en liquide les campagnes électorales de ses valets si ce n'est pour que ceux-ci, une fois élus, soient d'une immense mansuétude sur la manière dont elle s'enrichit.

Par ailleurs, chacun s'étonne de l'inexistence de programme du candidat de l'oligarchie financière. Ne vous y trompez pas, il a un programme mais il n'est pas présentable. Pour cela, nous n'évoquerons qu'un aspect de ce que serait son objectif si par malheur pour la nation le candidat sortant était réélu. Son programme serait une véritable déclaration de guerre faite aux plus fragiles de nos concitoyens, une véritable déclaration de guerre aux pauvres. Les fonctionnaires du ministère des Finances ont reçu la consigne de préparer un plan d'austérité sur les crédits budgétaires alloués au logement. Les instructions données visent à réduire de 30% les montants dédiés actuellement aux aides au logement. Il s'agit, entre autres, de raboter deux programmes : celui des aides à la pierre et celui de l'hébergement et de l'accompagnement pour les personnes les plus défavorisées. Chacun comprendra qu'il n'est pas très porteur d'annoncer que l'on va réduire les aides au logement qui concernent 6.310.000 ménages, d'autant que 76% des ménages locataires bénéficiant des aides au logement ont des revenus inférieurs au SMIC et 99% à deux fois le SMIC. Nous avons là la confirmation que le candidat de la droite est exclusivement au service des 1% de la population française la plus riche et que l'ensemble de son propos n'est que mensonges, tromperies et dissimulations. Le 22 avril et le 6 mai : François Hollande.

François Hollande

Rassemblement pour le Changement

Dimanche 15 avril 2012 à 14 h

Esplanade du château de Vincennes

Le changement c'est maintenant

 

Folio et le comité citoyen de soutien à François Hollande vous appellent à y participer massivement.

 

 

Notre maire s'adresse à nous, mauvaise nouvelle pour JL Mélenchon.

Nous venons de trouver dans notre boite aux lettres un courrier de notre maire nous appelant à voter pour JL Mélenchon, en soi cela n'est pas une surprise. Bien que nous ne soyons pas des soutiens de ce dernier, nous nous inquiétons pour lui. Pourquoi cette pointe de compassion, chacun s'accorde dans les médias pour qualifier sa campagne de bonne. Jusque là, les Blanc-Mesnilois intéressés par son propos, son discours « à gauche » pouvaient lui faire crédit. La lettre qu'ils viennent de recevoir ne va pas manquer de les pousser à s'interroger sur la réalité de ce discours « à gauche » du candidat du Front de Gauche. En effet, si il l'assimile aux pratiques de la municipalité du Blanc-Mesnil, ils vont en conclure qu'entre les discours et les actes, il y a une très grosse différence. Quelques exemples, beaucoup d'argent pour enrichir quelques spéculateurs immobiliers, mais pas de crèche collective, ni de centre médicosocial dans le quartier le plus pauvre de notre ville. Des discours contre l'ouverture dimanche, mais une mansuétude vis à vis du centre Leclerc, des discours contre les emplois précaires mais leur utilisation importante dans les services de la commune, certes sur ce dernier dossier, il y a des similitudes avec le candidat Mélenchon qui confond CDI et CDD. Bref, les discours du candidat sont d'autant plus à gauche qu'il n'aura pas à les mettre en œuvre et en cela il est en osmose avec la municipalité du Blanc-Mesnil qui, elle, pourrait mettre en adéquation ses discours et ses actes, mais se garde bien de le faire, afin de pouvoir les recycler lors des prochaines élections municipales, nous ne manquerons pas de lui rafraichir la mémoire.

Le commerce de proximité, le commerce de centre ville une situation qui se dégrade.

Nous avons toujours affirmé que le choix d'implanter un centre commercial à moins de 2 kilomètres du centre ville était une erreur stratégique qui aurait de graves conséquences sur les équilibres économiques et sociaux de notre commune. Aujourd'hui le pire est possible, d'abord parce que le centre commercial lui même est dans l'incapacité d'atteindre son équilibre, avec pour conséquence une déstabilisation des commerçants de la galerie marchande et ensuite la fragilisation de l'équilibre du commerce en centre ville. Plusieurs boutiques ont tiré leur rideau, plusieurs commerçants s'interrogent sur la continuité de leur activité et celle du Monoprix subit la concurrence du centre Leclerc. Bref, il n'y a pas de quoi pavoiser. Pour couronner cette situation précaire, il y a un déficit de places de stationnement, ce déficit provenant la disparition des deux parkings de la poste et de l'avenue Charles Floquet, auquel il faut ajouter les très importantes difficultés de circulation sur l'avenue Henri Barbusse résultat des modifications de temporisation des feux tricolores du bas de la gare de Drancy. Cela n'a pas l'air de trop soucier la municipalité, si nous en croyons les échos que nous avons eu de sa dernière rencontre avec les commerçants du centre ville.

Cette situation développe un malaise bien compréhensible parmi les commerçants concernés, le risque est grand à voir de nouveau une distanciation avec la municipalité. Ces interrogations sont d'autant plus légitimes que la municipalité s'est engagée très fortement pour assurer le succès de centre Plein Air et pour assurer les profits de l'entreprise Frey, qu'il pourrait avoir une logique à ce que certain interpréte le manque d'énergie de la municipalité en matière développement de places de parking et de mauvaise circulation comme une stratégie non dite d'avantager le centre commercial Plein Air.

Certes, ne rien faire, c'est aussi un choix, mais l'état de la situation nous semble provenir plutôt d'une incapacité à anticiper et à bâtir une politique cohérente sur le moyen et long terme et c'est aussi le résultat d'une équipe municipale qui, aux deux tiers de son mandat, révèle ses faiblesses à innover et à maitriser un développement durable dans une période de grands bouleversements et d'instabilité économique, sociale, environnementale, éducative et culturelle. La ville paie là le sectarisme idéologique et politicien qui ont prévalu sur le respect de la démocratie et des militants de gauche. L'addition va être de plus en plus lourde pour les citoyens et pour les valeurs de gauche en 2014. Comme nous l'avons fait en 2008, nous nous appuyons sur le principe de réalité, le respect de la démocratie et des valeurs de gauche, pour conduire notre ville sur les chemins de la modernité, de la solidarité entre les citoyens, entre les quartiers et l'innovation.

Une déclaration utile:

La banalisation du racisme à des fins électorales est moralement choquante et politiquement dangereuse, car au prétexte de disputer des voix au Front National on ne fait que donner du crédit à ses thèses.

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT. 21 mars 2012.